65

Acte 2 # 65 – Comme convenu un masque m’attendait sur la porte. Je l’ai enfilé et j’ai frappé. J’ai entendu la porte s’ouvrir, sa voix me saluer, senti sa main me guider à l’intérieur. Il a pris mon sac, m’a enlevé mon manteau puis m’a collée contre le mur. Sa main est remontée le long de ma cuisse, le long de mes bas, avant de s’aventurer entre mes cuisses. Il m’embrasse debout avant de me proposer d’avancer, je me laisse entraîner. Il m’installe un peu plus loin, me propose d’enfiler des menottes en cuir, attache mes bras à deux chaînes qui pendent le long du mur. Je ne l’ai toujours pas vu. Je n’ai toujours pas vu l’appartement. Mais je me laisse faire. Il remonte ma jupe, caresse mes fesses puis les effleure avec un martinet. Il me demande si je suis prête. Oui bien sûr. Je frissonne un peu sous le premier coup, mais au fond c’est assez doux. Il sait rester prévenant tout en m’imposant les jeux, le rythme. Il me caresse à nouveau, explore mon sexe avec ses doigts – je suis très excitée. Il s’agenouille devant moi, vient découvrir mon sexe avec sa langue. J’ai envie de le saisir avec mes mains pour le guider mais je ne peux pas bouger. Je n’ai pas d’autre choix que de m’abandonner. Il a envie de varier mes plaisirs, il me détache, me prend par la main et me guide jusqu’à sa chambre. Il commente les lieux que je ne peux pas voir et m’allonge sur le ventre en travers de son lit. Il attache mes mains et me propose des menottes pour les chevilles avant de m’attacher les jambes de l’autre côté du lit. Je suis habillée, mais il a remonté ma jupe. Il me demande de me mettre à quatre pattes, les fesses à l’air, offerte à son regard, à ses caresses. Je ne vois rien mais je sens tout. Il complète le tableau avec un bâillon. Je ne peux que me laisser faire. Il reprend le martinet, d’abord doucement puis un peu plus fermement. Je frémis à chaque coup mais finalement non je n’ai pas mal. Pas vraiment. Je m’oublie. Je me laisse dépasser par le moment. Il me propose de varier les jouets et me fait découvrir une nouvelle sensation : c’est un instrument ferme, de taille moyenne. Il continue sa fessée, je découvrirai plus tard qu’il s’agissait d’un paddle, mais on ne se connait pas, il reste finalement très doux avec moi. Il me détache pour mieux me retourner, que je me présente à lui sur le dos, jambes écartées. Je m’abandonne complètement, je sens ses doigts qui me parcourent, sa langue qui me sonde, m’ausculte, me titille, m’aspire. Je me laisse cajoler et je sens la chaleur qui monte, la boule de plaisir qui me prend, qui m’irradie progressivement. Je me laisse aller pleinement dans un râle étouffé – j’ai toujours le bâillon. Quand mon spasme s’arrête, il me détache enfin, dénoue le bâillon, fait glisser le masque et me propose de l’eau. Il est aussi beau que sur sa photo de profil. Il me sourit et me glisse : « Soit-disant tu hésitais à venir, mais ça se voit que c’est pas la première fois que tu fais ça ». J’avais déjà rejoint Cosmo dans une chambre d’hôtel sans l’avoir jamais rencontré mais j’avais tellement échangé avec lui que j’avais l’impression de le connaître. J’avais rejoint @leofromparis directement dans sa garçonnière mais j’avais aussi beaucoup échangé avec lui. Surtout, j’avais les mains libres, les yeux ouverts, je pouvais partir dès que j’en avais envie. C’est donc une grande première. Nous parlons peu et reprenons rapidement nos échanges là où nous les avions laissés. Je lui demande s’il ne veut pas aussi que je m’occupe de lui, il me propose de le prendre dans ma bouche. Je m’exécute. « Oh mais tu aimes les gorges profondes » Je souris. Il m’installe ensuite sur un tabouret en hauteur, me retourne, me prend debout les mains calées contre le mur. Il est toujours entièrement habillé, le pantalon à peine baissé. Il me conduit à nouveau sur son lit, renonce à m’attacher mais revient s’occuper de mon sexe. Je le guide cette fois avec mes mains, j’aide sa tête à se positionner, à trouver le rythme. Il s’aide de ses doigts, comme j’aime – il a un bon sens des sensations du sexe féminin. Je me laisse aller à nouveau, laisse le plaisir monter, m’envahir. Quand je me redresse après l’orgasme, il est un peu mystérieux. Je lui propose de l’aider à aller lui aussi au bout de son plaisir, il choisit ma bouche, m’accroupit devant lui tandis qu’il s’appuie sur le tabouret. Il me demande s’il peut jouir sur mon visage, il jouit finalement sur mon haut…
On parle peu après nos ébats, il me redit qu’il déteste le small talk dans les cafés, qu’il préfère commencer par la baise, que ça permet de briser la glace. Ca me fait sourire. Il me parle un peu de son métier, il travaille dans la formation à l’audiovisuel pas très loin de chez moi. Il évoque sa vie de couple, ses nombreux plans à 3 avec deux femmes ou deux hommes. Il me fait visiter l’appartement, me montre les crochets où il m’a attachée dans l’entrée. Je réalise que lui comme moi sommes toujours habillés. Il m’explique qu’il n’aime pas se retrouver nu avec des inconnus, c’est trop intime pour lui. Intérieurement, je m’amuse d’avoir mis une guêpière qu’il n’aura finalement fait que deviner. Il n’a jamais vu mes seins. A peine m’a-t-il embrassé le téton droit une fois…  Moi qui aime tant les corps à corps, je suis restée un peu sur ma faim. J’aime toucher, caresser, j’aime frotter ma peau contre une autre peau. Je trouve qu’on y gagne en sensualité, en plaisir. Mais j’ai adoré l’adrénaline de cette rencontre atypique, la manière assurée mais prévenante dont il l’a menée. J’ai adoré faire face à moi-même, cette façon de pousser mes limites, d’explorer un territoire inconnu, d’aller au-delà de mes peurs. Il me dit avant de partir “Tu es jolie, ce serait bien qu’on se revoit”. Peut-être Yvan, peut-être, si tu acceptes de faire tomber le pull la prochaine fois…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s