66

Acte 2 #66 – Il y a quelque chose qui m’attire tout de suite dans les photos du profil d’Armand. Il a sans doute quelques kilos en trop, mais il est plutôt joli, je lui trouve de beaux yeux, un air de bad boy intéressant. La conversation démarre avec aisance, simplicité, elle est un peu piquante sans être trop crue. Photographe amateur, il me montre son site de photos, il fait des portraits magnifiques de femmes, sait faire jouer la lumière sur les corps, les sublimer – ses modèles sont parfaites il est vrai. Quand nous basculons sur WhatsApp, les échanges sont plus furtifs, on cherche simplement un créneau pour se voir, il se paye même le luxe d’annuler notre premier rendez-vous. Ça me démotive un peu. Quand il me recontacte le mardi pour se voir le soir même, je le lui dis : “Toujours disponible oui, mais ma motivation s’effrite un peu”. Il a le sens de la relance : “Plan à 3 ? Champagne et sushis ? Plans domination ? Jeux uro/scato ? Massages ? Yeux bandés ?” Evidemment, ça me fait rire. Je pose un peu : “Les jeux uro/scato, ça ne me dit absolument rien mais le reste commence presque à devenir main stream”. Il sent que je suis prête à flancher : “Sinon, on se met nus, on n’a pas le droit de se toucher. On parle. Si on se touche on a un gage. Ou alors on fait l’amour comme si on était amoureux en se disant des mots d’amour dans le creux de l’oreille. Ou alors on va en sauna…” Je le trouve drôle, ça relance ma motivation. Quand on affine le rendez-vous le soir, il propose lui aussi de squizzer l’option du verre dans un café “C’est pas un peu classique pour nous comme première rencontre ?”. Il vient donc directement chez moi. J’ai préparé mon célèbre plateau de fromages, prévu de la tapenade, il arrive avec une bouteille de Prosecco – des bulles sinon rien, dit-il… Il a 41 ans, travaille dans le conseil aux médias, c’est un ancien pubard mais qui a du recul sur sa pratique. Nous conversons longtemps dans une drague drôle et légère, parlant de nos boulots, du sexe, des femmes.  Il multiplie les anecdotes. Il aime les femmes et pratique depuis le début des années 2000 les sites de rencontre. Il a un faible pour les vieilles bourgeoises qui s’ennuient, belles, prêtes à tout essayer. Il improvise un alphabet à partir des femmes qu’il a connues, il manque encore quelques lettres mais très peu. Il trouve que j’écoute de la musique de lesbienne, que je pourrais faire un effort de coiffure mais que le fouillis de mon chignon est charmant, décèle soit-disant une ressemblance avec Mélanie Laurent, trouve mes mouvements gracieux quand je sautille sur le canapé pour revenir m’asseoir à côté de lui. Il me trouve un petit côté vieille France qui l’amuse, j’assume mon côté ringarde. On se rapproche de façon finalement très simple, très sensuelle mais aussi très agréable. “Je savais qu’ils seraient beaux” dit-il en découvrant mes seins. “Oh des poils” poursuit-il malicieusement quand il découvre mon sexe. Je jouis sur lui, comme j’aime. Il jouit dans ma bouche. C’était vraiment très réussi. Quand on se reprend et discute sur le lit, il sourit et me dit : “Finalement, on a choisi l’option love…”  — après l’épisode avec Yvan, j’avais surtout envie d’un vrai corps à corps. J’aime les hommes qui soupirent de plaisir dès que tu les touches, te font sentir ce qu’ils ressentent, te guident vers leurs envies très simplement. J’aime les hommes qui aiment caresser les femmes, admirer nos courbes, qu’on sent vibrer à chaque corps qu’ils découvrent, qui jouissent de découvrir les sensations de leur partenaire, qui cherchent simplement à guider, emmener vers le plaisir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s