83 – les lèvres fraîches de Nathalie

Quand il s’agit de passer au dessert, je comprends vite qu’on va enfin passer aux choses sérieuses. Nathalie s’enquiert ? “Et si on passait au dessert ?” Dimitri sourit : “C’est nous le dessert…” Dimitri et Nathalie ont la délicatesse de me demander si je suis toujours d’accord et me proposent de visiter l’appartement. C’est Nathalie qui m’embrasse la première, sur le pas de la porte du salon. Elle a les lèvres fraîches et une robe rouge. Elle porte les mains sur moi, m’attrape par la taille, m’attire contre elle. C’est toujours un plaisir de retrouver un visage de femme, de sentir cette tête si petite entre mes mains. Elle des boucles brunes très denses, des yeux noirs et tendres derrière ses grandes lunettes. Dimitri s’approche lui aussi. il n’est beaucoup plus grand que moi. Il a les lèvres fraîches lui aussi. J’aime leurs deux mains qui m’étreignent, l’un devant, l’autre derrière, leurs bouches qui s’embrassent par-dessus mon épaule. Nous sourions, ils m’entraînent le long du couloir jusqu’à la grande chambre.

Comment raconter une scène de sexe près de quatre mois après ? Les gestes s’emmêlent dans mes souvenirs, dans d’autres souvenirs, dans ces scènes rejouées ailleurs, retrouvées plus tard à nouveau dans ces lieux, dans ces corps parcourus, dans ces frissons reçus, donnés, dans le plaisir vécu puis oublié. Le plaisir nourrit mais il est évanescent. Je ne saurais plus dire exactement quels gestes nous avons eus, ni dans quel ordre, ni faire revivre exactement le déroulé de nos caresses. Me reviennent un décor, une douceur, des sensations. Le décor est tout aussi désuet que dans le salon, le lit est encastré dans une niche, jouxté de deux portes à miroirs. Il est grand et nous accueille confortablement. Je reconnais sur un petit guéridon un chandelier argenté avec lequel Dimitri s’était photographié. Rapidement, nous nous retrouvons nus sur le lit, nous nous embrassons à tour de rôle, nous touchons, nous révélons. Comme toujours dans les plans à 3, je suis aimantée par la femme, je suis là pour elle, pour Nathalie, pour la découvrir, pour son corps contre le mien, pour mes lèvres sur seins, pour les miennes sur les siens, pour parcourir son ventre, ses cuisses, son sexe. Elle m’arrête d’un geste : elle a ses règles ce jour-là et porte un tampon. Elle s’occupera de moi, je toucherai son clitoris avec mes doigts mais elle préfère qu’on n’aille pas plus loin cette fois. J’aime sa peau lisse, douce, j’aime ses gestes légers, j’aime comme roule sur moi, comme elle m’explore, comme ses cheveux me chatouillent, j’aime sa langue sur mon sexe, je me détends, je me laisse aller, elle me fait jouir… Je me rappelle de Dimitri qui sort un préservatif, qui me prend en levrette. Nathalie et moi l’avons sucé à tour de rôle avant. Nathalie est sous moi quand je me laisse aller sous les assauts de Dimitri. Il a rythme rapide, par à-coups. Je crois qu’il jouit rapidement puis que nous nous retrouvons tous les trois en sueur sur le lit. C’est un très joli moment… Je fais une photo de nos corps détendus sur le lit pour immortaliser l’instant. Nous sommes emboîtés, tendrement, joliment.

L’après-midi s’écoule, heureuse, gaie, complice.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s